Homepage Music1
01 Jan 1970 | Malian Music

Uncategorized

Lettre ouverte à  Monsieur le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita

Lettre ouverte à Monsieur le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita

Monsieur le Président,

Je voudrais, conformément aux dispositions de l’article 42 de notre constitution, Monsieur le Président de la République, que vous usiez des prérogatives que la constitution et le peuple malien vous confèrent pour dissoudre cette Assemblée nationale qui, dans sa forme actuelle, ne répond plus à aucun critère fondant sa légitimité populaire ; car elle est de toute vraisemblance à la solde d’une infime minorité du peuple. La dernière motion de censure contre le gouvernement a été formellement rejetée. Je dis bien formellement ! En revanche, aucune personne de bonne foie ne saurait contester que le rejet de la motion est purement formelle et qu’en réalité la grande majorité des maliens n’ont ni confiance à l’assemblée nationale qui a rejeté la motion de censure, ni le gouvernement à qui cette assemblée a renouvelé sa confiance.

Faites preuve s’il vous plait de leadership et redonnez le souvairenité au seul souverain : le peuple malien ! Si le peuple a confiance en la majorité actuelle, elle lui renouvellera sa confiance, j’en suis convaincu !

 

Monsieur le Président,

 Je ne sais pas si vous êtes imprégné des difficultés et préoccupations actuelles des maliennes et maliens. Je voudrais quelqu’en soit vous exhorter à prendre en considération le fait que les populations maliennes sombre chaque jour de plus dans le désespoir. Vous avez été plébiscité pour votre promesse tournant autour de « l’honneur du Mali » et du « bonheur des maliens ». Aujourd’hui la déception est totale ! L’insécurité est, incontestablement d’une autre nature, mais plus grande qu’au moment de l’occupation par les soi-disant groupes armés malgré que vous traitiez même avec le diable. Je vous demande honnêtement si vous saviez combiens de vaillants soldats maliens meurent chaque semaine ! Savez-vous, combien de fois par heures au Mali, les droits humains les plus élémentaires que vous êtes constitutionnellement contrains de préserver, même si l’ors de votre prestation vous aviez omis de jurer de respecter et de faire respecter la constitution et la loi ? Saviez-vous à quel enseigne la corruption, le népotisme, la gabegie, la mauvaise gouvernance et que sais-je font sombrer chaque seconde qui passe de plus dans le désespoir ?

 

Monsieur le Président,

Au cas où le peuple ne renouvellera pas sa confiance à la majorité actuelle, démissionnez, allah kaman ! Le président de la nouvelle assemblée nationale exercera en vertu de l’article 36 al. 2 de notre Constitution les fonctions de président. A partir du moment où c’est votre premier mandat, vous auriez encore la possibilité de vous représenter et de redemander la confiance du peuple !

 

Soyez Passionné par le pouvoir et en même temps capable de la retransmettre au peuple ce qu’il vous confié.

Ma démarche est loin de toutes considérations politiques  et de défense des intérêts partisans. Je ne suis mû que par les intérêts supérieurs de la Nation malienne. Je reste convaincu que la dissolution de l’Assemblée nationale, dans sa forme actuelle, favorisera le retour de la sérénité au sein de la classe politique et ramènera la paix civile dans notre pays, cette paix sans laquelle aucun des défis majeurs ne saurait être levé, aucune émergence, aucun développement n’est possible !

 

Tout en vous souhaitant une bonne réception, je vous prie Monsieur le Président de la république de croire en l’assurance de ma respectueuse considération.

 

Mohamed Elmoctar Maiga

Allemagne

admin

février 9th, 2017

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *